Impression personnalisée

Sélectionnez les paragraphes que vous désirez imprimer

Social-Retraite

session de rattrapage - retour sur un thème d'actualité

DMP : CRÉEZ VOTRE CARNET DE SANTÉ NUMÉRIQUE

En lieu et place de votre carnet de santé classique, à la couverture cartonnée, vous pouvez désormais opter pour sa version numérique avec le nouveau Dossier Médical Partagé (DMP). Un carnet informatisé qui peut contenir tout ou partie de l'historique de vos actes médicaux.

Cette fois, ça doit être la bonne ! Mis en place dès 2004 mais sans succès le Dossier Médical Personnel laisse la place au Dossier Médical Partagé (DMP). Expérimenté depuis 2016 dans quelques départements, sa généralisation est effective depuis le 9 novembre dernier. Vous avez désormais la possibilité de créer le vôtre en sachant qu'il s'agit là d'une simple faculté car le DMP n'est pas obligatoire et n'a aucune incidence sur vos remboursements.

UN DOSSIER MÉDICAL PARTAGÉ POUR QUOI FAIRE ?

Carnet de santé dématérialisé, le DMP a vocation à regrouper l'historique des problèmes de santé que vous rencontrez, quelle que soit leur gravité, ainsi que les traitements suivis : maladies, allergies, opérations, médicaments prescrits, analyses médicales, radios, etc.Les consultations et prescriptions des 24 derniers mois sont automatiquement insérées. La centralisation de ces informations médicales doit permettre d'optimiser l'efficacité des interventions et/ou des traitements en permettant aux praticiens de connaître votre profil et vos antécédents.

L'Assurance maladie entend éviter les prescriptions de médicaments ou d'examens inutiles et améliorer ainsi la qualité des soins tout en faisant des économies par voie de conséquence.

La dématérialisation permet également de prévenir la perte ou la détérioration du carnet de santé.

DOSSIER CONFIDENTIEL...

Même s'il faut être prudent en matière d'inviolabilité des fichiers informatiques, l'accès au DMP est « hautement sécurisé » selon l'Assurance maladie. Seul le titulaire du compte, son médecin traitant DMP et les professionnels de santé que l'assuré a personnellement autorisés peuvent le consulter.

Précision importante : votre médecin traitant DMP peut ne pas être votre médecin traitant actuel même si, en pratique, l'utilité de désigner un autre praticien que son médecin traitant ne saute pas aux yeux... Votre médecin traitant DMP sera le seul à avoir accès à l'intégralité des informations contenues dans votre dossier.

Il vous appartient de décider qui peut accéder à votre carnet de santé numérique : votre pharmacien habituel, l'infirmière qui vous prodigue des soins, etc. Et vous gardez la main, à tout moment, pour ajouter ou masquer certains documents (radios, analyses, etc.) ou pour supprimer l'accès de votre dossier à un praticien.

L'accès au dossier est soumis à une double procédure, pour une confidentialité optimale. Vous devrez saisir :

- dans un premier temps, votre mot de passe (que vous aurez vous-même choisi) ;

- ensuite, le code d'accès à usage unique (différent à chaque connexion) qui vous aura été adressé sur votre messagerie ou par SMS.

Cet accès éphémère doit permettre d'éviter les piratages.

... À ACCÈS RESTREINT

Les données contenues dans votre DMP sont couvertes par le secret médical. Ce qui signifie que ni votre employeur, ni votre mutuelle ni aucun autre organisme (banque, assureur, etc.) ne peut accéder à votre dossier.

Par ailleurs, un second niveau de confidentialité est mis en place pour limiter l'accès aux informations contenues. Le fait d'autoriser un professionnel de santé à accéder à votre DMP ne signifie pas qu'il peut librement en consulter l'intégralité. En principe, celui-ci ne peut accéder qu'aux documents strictement nécessaires pour sa prestation. Par exemple, un orthophoniste ne doit pas lire le compte-rendu d'accouchement d'une patiente venue le consulter.

Pour dissuader les professionnels de santé d'être trop curieux, le document rappelle la traçabilité des accès et actions sur un DMP et précise que l'assuré est informé de l'accès à son DMP par un professionnel. Des sanctions pénales (amendes, voire emprisonnement) sont prévues pour les visiteurs non autorisés. C'est pourquoi vous pouvez, à tout moment, consulter l'historique des accès à votre dossier, avec la date, l'heure et l'identification du professionnel concerné.

COMMENT CRÉER VOTRE DMP

Si vous êtes décidé à franchir le pas, vous disposez de plusieurs solutions pour créer votre DMP :

- directement sur le site dédié (www.dmp.fr) ;

- dans votre caisse primaire de Sécurité sociale ;

- en pharmacie ;

- auprès d'un professionnel de santé équipé du matériel informatique requis.

Quelle que soit la formule choisie, vous devez juste vous munir de votre carte Vitale.

Une application est disponible sur les téléphones mobiles pour consulter son DMP en version nomade.

Quoi qu'il en soit, votre décision n'est pas irrévocable et vous avez la possibilité de le fermer à tout moment. Les données contenues dans votre dossier sont alors conservées pendant 10 ans puis détruites au-delà.

Le succès du DMP dépend maintenant de l'engouement des assurés et de la bonne volonté des professionnels de santé pour sa tenue à jour. Faute de quoi, ce millésime 2018 connaîtra le même sort que la version précédente et restera à l'état végétatif...

Pas de fusion avec les dossiers médicaux

Tout professionnel de santé (médecin généraliste ou spécialiste, infirmières, etc.) ou établissement (hôpital, clinique, centre de radiologie, etc.) doit ouvrir un dossier médical concernant chacun de ses patients qu'il conserve et tient régulièrement à jour.

Ces dossiers médicaux « professionnels » restent la propriété desdits professionnels et sont indépendants du DMP : seules les informations utiles à la coordination des soins doivent y être reportées.

Autrement dit, l'historique complet des consultations, hospitalisations et autres traitements ne figure pas dans le DMP.

En cas d'urgence : accès ouvert

En cas d'urgence et de risque immédiat pour la santé de l'assuré, les services d'intervention (SAMU, SMUR, pompiers) peuvent, s'il existe, consulter d'office le DMP de la victime, en vertu d'une procédure dite « bris de glace ». Le silence de l'assuré vaut acceptation.

En revanche, la consultation du DMP leur est impossible si, dans son dossier, l'assuré a expressément formulé son opposition à cet accès d'urgence.

Parution: 01/2019
Droits de reproduction et de diffusion réservés © Groupe Revue Fiduciaire 2019. Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.